• L'autisme est-il vécu comme la marque d'une différence individuelle ?


    Mardi 17 Juillet 2018 à 16:26
    Draniolon

    Juju, toi qui est apparemment considérée comme autiste, peux-tu me dire si aujourd'hui (tout d'abord) tu ressens ton autisme comme une différence individuelle qui te sépare des autres ?

    J'aimerai juste le savoir pour mieux cerner le "problème" (même si pour moi ce n'en est pas un) car pour moi, l'autisme te rend différent certes, mais ce n'est pas une raison suffisante pour vous considérés différemment que comme des êtres humains comme les autres. Vous êtes humains, vous êtes comme tout le monde, vous avez besoin de plus de précaution c'est tout u_u. Par exemple, pour les bruits qui vous insupporte, il vous suffit de les éviter. On a toujours moyen de s'adapter, mais cela ne doit pas faire de vous des "sous-hommes".

    Je sais que ces "différences" t'ont causés quelques discriminations, mais du coup la deuxième questions serait : Méprises-tu ces gens qui t'ont fait souffrir moralement ?

    Lundi 10 Septembre 2018 à 17:00
    Yesten

    Je considère que les être humains sont liés entre eux par des caractéristiques génétiques propres à notre espèce, mais que chaqu'un a ses particularités.
    Bien sûr que l'autisme est une différence individuelle qui me sépare des autres, mais c'est aussi le cas pour toutes les caractéristiques qui ne sont pas partagées par tout les êtres humains.

    Je ne méprise plus les personnes m'ayant fais souffrir moralement car je comprend enfin pourquoi ils me harcelaient ou m'évitaient. Ils avaient peur de ma différence car je n'étais pas prévisible pour eux.

    Samedi 20 Octobre 2018 à 14:40
    Draniolon

    On ne peut pas dire que je pourrais débattre ton point de vue étant donné que je suis en total accord avec toi ^^'...

    La peur est une caractéristique et un sentiment humain qui, quand il est adressé au monde social, peut être refoulé. Ceux qui succombe à la violence à cause de leur peur de l'autre ne sont pas des êtres dignes de la "société humaine" en terme de réunion d'individus. Je trouve presque que ceux qui sont incapables de surpasser leur haine devraient retourner à l'état sauvage, là où leur haine n'aura d'impact que sur eux-même u_u.

    Prends moi par exemple : il m'est arrivé de te blesser (moralement principalement), non pas parce que j'avais peur de toi, mais plutôt parce que je t'avais associée à une action qui n'était pas tienne. Quand j'ai saisi mon erreur, je me suis excusée. J'ai surpasser ma haine, même si elle n'était pas induite par la peur. Ceux qui ne surmonte pas leur haine, donc ceux qui ont échoué là où j'ai réussi, devraient rester dans leur monde de brut, loin des autres. (mais bon, je suis peut-être un peu trop catégorique ._.)




    Vous devez être membre pour poster un message.